Mas Coris

Authentique,  naturel  et  savoureux  

X

Votre panier est vide



X

Faites connaître Mas Coris à un ami !

Votre adresse mail

L'adresse mail de votre ami

Votre message

Pour agrandir une photo défilante et lire sa légende, cliquez sur l'image, ou voir l'album

A LA VIGNE / Travaux d'hiver

Taille : mieux vaut la tortue que le lièvre

Pour la taille, phase capitale des soins apportés à la vigne, la stratégie de la tortue est préférable à l'optimisme du lièvre. Une tâche à conjuguer avec le contrôle du palissage, le travail de la terre et l'entretien des ruisseaux et autres zones d'écoulement.

 

La taille commence toujours dans la douceur et le plaisir d'une tâche que l'on retrouve après l'avoir abandonnée neuf ou dix mois auparavant, et se termine souvent dans la douleur. Car même si elle peut s'étaler sur quatre mois environ, la période de la taille est toujours synonyme de course contre la montre. Elle est aussi, dans le froid du vent du nord, l'occasion de moments irremplaçables d'intimité entre le vigneron, ses vignes et sa terre.

 

Dix yeux francs par pied

Les parcelles sont d'abord prétaillées, pour éviter au tailleur le fastidieux travail qui consiste à enlever les "bûches" des fils. Ce premier passage   permet ensuite de se concentrer sur une tâche qui n'est pas sans rappeler l'art de la sculpture.

La taille est déterminante pour le rendement et plus généralement pour le comportement de la vigne. Elle est codifiée selon un cahier des charges strict en AOP ; il s'agit là d'une taille courte à cinq coursons, avec un maximum de dix yeux francs par pied. Chaque courson porte un maximum de deux yeux francs.

Nous l'entamons dans les derniers jours de novembre et donnons notre dernier coup de sécateur en mars, traditionnellement dans la parcelle de grenache, la seule formée en gobelet et dépourvue de palissage. Les autres parcelles (avec ou sans fil porteur, avec un ou deux fils releveurs) sont formées en cordon de Royat, sauf celle de cinsault-grenache.

 

Labour, engrais et palissage

Un labour de tous les rangs est effectué en novembre ou décembre ; il prépare la terre à mieux recevoir les pluies de l'hiver. Un peu plus tard, les vignes profitent d'un épandage d'un engrais organique bio, réparti un rang sur deux. Selon les besoins, les abords des vignes sont nettoyés et les fossés refaits pour éviter le ravinement lors des grosses pluies.

Pendant l'hiver, le palissage est entièrement contrôlé (tension des fils, vérification des piquets et des amarres, etc.). Enfin, avant la reprise de la végétation, lorsque le tracteur a quitté les lieux, les fils sont descendus. La vigne est prête pour l"explosion" végétative du printemps.

 

Notre premier arrachage

En décembre 2016, il a fallu procéder à notre premier arrachage. L'opération était en fait prévue dès l'achat de cette vieille parcelle de cinsault, un an plus tôt Mais nous voulions la vendanger au moins une fois. La récolte, d'excellente qualité mais trop maigre, confirma les prévisions. Une bonne heure pour déraciner les souches, une autre heure pour les mettre en tas, ce cinsault avait vécu. Pendant quelques années, la terre se reposera et retrouvera un équilibre, propice à une nouvelle plantation. Peut-être...


LA BOUTIQUE

Accueil | Contact | Mentions légales | Privé